Stock épuisé.
Quantité minimum d'achat
La quantité minimum d'achat n'est pas atteinte

Règle du nain jaune

Le Nain Jaune est un jeu d’origine française, datant de la fin du 18ième siècle et est alors appelé le « Lindor ».Le Nain Jaune est représentatif des jeux d’argent rapides, simples et très conviviaux.

Il peut se jouer de 3 et 8 joueurs.
 
Le Nain Jaune se joue avec un jeu de 52 cartes, des jetons et un plateau de jeu séparé en cinq cases représentant : le 10 de carreau, le valet de trèfle, la dame de pique, le roi de coeur et le 7 de carreau. Cette dernière carte est appelée « le nain jaune ».
 
Au début de la partie, chaque joueur place une mise dans chaque case :
- une mise de 1 sur le 10 de carreau
- une mise de 2 sur le valet de trèfle
- une mise de 3 sur la dame de pique
- une mise de 4 sur le roi de cœur
- une mise de 5 sur le 7 de carreau

Les 52 cartes sont distribuées également entre les joueurs :
 
A 3 joueurs, on distribue 15 cartes par joueur et il reste un écart de 7 cartes.
A 4 joueurs, 12 cartes distribuées et un écart de 4 cartes.
A 5 joueurs, 9 cartes distribuées et un écart de 7 cartes.
A 6 joueurs, 8 cartes distribuées et un écart de 4 cartes.
A 7 joueurs, 7 cartes distribuées et un écart de 3 cartes.
A 8 joueurs, 6 cartes distribuées et un écart de 4 cartes.
 
 
Le but du jeu est de se débarrasser de ses cartes le plus rapidement possible, en les défaussant dans l’ordre, de l’as au roi, sans distinction de couleur.
 
Chaque joueur joue successivement plusieurs cartes de son jeu dans l'ordre de hauteur. Par exemple, on peut jouer le 3 de carreau, puis le 4 de pique, puis le 5 de pique, etc.
 
Le premier joueur commence à jeter ses cartes à la hauteur qu’il souhaite.

Il est obligatoire d’annoncer les cartes que l’on défausse.

Les cartes jouées forment un paquet faces visibles sur la table.

Lorsque le joueur ne peut plus continuer (par exemple, il vient de jouer un 5 et ne possède pas de 6), il annonce « sans 6 ». C’est alors au joueur à sa droite de continuer la séquence selon le même principe.

Si aucun joueur ne peut le faire (par exemple, aucun ne possède de 6), la main reste au joueur de départ qui doit passer à la carte suivante. Dans notre exemple, avec un 7. Si le joueur n’a pas de 7, il annonce alors « Sans 7 » et il passe.

Lorsqu’un joueur a joué un roi, il repart à la hauteur de son choix.

Si un joueur joue l’une des cartes correspondant à une mise (10 de carreau, valet de trèfle, dame de pique, roi de cœur, 7 de carreau), il doit annoncer « …qui prend » (par exemple, « dame qui prend » s’il joue la dame de pique). Il ramasse alors les mises contenues dans la boîte correspondant à sa carte. Si le joueur oublie de l’annoncer, il ne peut prendre le contenu de la boîte.

Lorsqu’un joueur s’est débarrassé de sa dernière carte en annonçant « J’arrête », la partie se termine et les autres joueurs doivent lui donner un nombre de mises équivalent au nombre de points qu’ils ont encore dans leur jeu :
·        une figure (valet, dame, roi) vaut 10 points,
·        les autres cartes valent leur hauteur (un 5 de cœur vaut 5 points…)
·        de plus, si un joueur a conservé dans son jeu une des cartes correspondant à une mise, il doit doubler le contenu de la boîte correspondante.


Si un joueur pose toutes ses cartes à la suite, sans qu’aucun autre joueur n’ait pu jouer, il récupère toutes les mises.